Menu Fermer

SEP, sexualité et masturbation

Salut les Warriors, aujourd’hui est-ce que ça vous dit de parler……D’onanisme ?

Ok je vais utiliser un autre vocabulaire : Se tripoter ? Se faire du bien ? 

En résumé se masturber !!

Parlons un peu du plaisir solitaire… Tellement bon pour notre corps et notre esprit ! 

Mais la masturbation permet aussi de garder un lien avec une sexualité souvent mise à mal par la maladie, les traitements. Cela peut être une autre façon de penser sa sexualité, une adaptation qui permet de la simplifier, de l’alléger, pour ne pas totalement mettre une croix dessus.

Êtes-vous un/une adepte de la masturbation ? Qu’en pensez-vous ?

  • Certains d’entre nous peuvent être amenés à s’explorer lors d’une poussée sensitive par exemple affectant les organes génitaux, pour checker si la sensibilité revient progressivement.

Explorer ainsi cette partie du corps permet de découvrir par exemple qu’il est possible d’éprouver du plaisir d’un seul côté de la vulve, ce qui peut être très rassurant; Mais également que les zones érogènes de notre entrejambe ne se limitent point du tout au clitoris et/ou au pénis (ho dis donc des testicules, ho dis donc un périnée…).

  • Il faut savoir que la masturbation est bonne pour la santé : C’est un excellent antistress, car en nous donnant du plaisir nous libérons des endorphines (hormones du plaisir et donc du bien-être). En outre, la masturbation favorise le sommeil. Elle nous permet d’accéder à un niveau de détente physique et psychique favorisant la décontraction et donc l’endormissement

Bref la branlette c’est super chouette !! 

  • La masturbation en couple : parfois nos vulves, nos vagins, nos pénis n’en font qu’à leurs têtes, du fait d’une poussée, des effets secondaires d’un traitement, de la forme de notre SEP, ou tout simplement de l’âge. Cela complique l’intimité dans un couple. Parfois nous sommes épuisés, et tout le tralala désir + préliminaires + pénétration + orgasme (DPPO) c’est juste ingérable et beaucoup trop fatiguant rien que d’y penser ! Pourquoi alors ne pas se caresser ensemble, côte à côte, en se regardant jouir, en regardant l’autre dans les yeux et voir le plaisir monter en lui petit à petit ? C’est une pratique délicieuse, pleine de tendresse et de complicité, qui pimente et érotise les ébats quand on est en couple ! Et c’est tellement moins fatiguant que le grand schlem DPPO hahaha !!! C’est une adaptation qui permet de simplifier sa sexualité, intéressant quand on a une maladie chronique qui perturbe parfois la sphère intime.

Avez-vous déjà testé ?

Delphine 

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Accept